La mise à jour récente de WordPress nous l’a encore prouvé : Les mises à jour sur WordPress sont souvent source de stress. Elles sont susceptibles d’engendrer des bugs : ton site commence à réagir bizarrement, les designs prennent des libertés ou pire … ton site ressemble aux étendues du Groëland : tou BLANC !
Nombreux sont ceux qui ont constaté des dysfonctionnements sur leur site suite à la mise à niveau vers la version 4.9.

  • Créer son site sous WordPress implique de le mettre à jour régulièrement, au niveau du noyau WordPress, du thème utilisé et des extensions installées. C’est indispensable pour :
  • contrer les éventuelles failles de sécurité (réduire les “chances” de voir son site piraté)
  • Bénéficier des dernières fonctionnalités de WordPress
  • Se mettre d’accord avec les navigateurs et moteurs de recherche qui eux aussi évoluent.

C’est pourquoi notre équipe a envie de te partager son rituel magique afin d’effectuer les Mises à jour WordPress de façon plus sereine ! 🙂

Précaution n°1
Obligatoire et Facile : Sauvegarder

On ne le répètera jamais assez : les sauvegardes peuvent sauver des vies ! (du moins, celles de nos sites 😉 ).
Il faut sauvegarder manuellement avant chaque mise à jour !

Il est indispensable de mettre également en place un système de sauvegardes régulières.
Je dirais même que c’est la première chose à faire une fois WordPress installé. C’est en commençant à travailler sur son site que l’on risque d’observer les premiers dysfonctionnements.

De manière générale, il est prudent d’automatiser les sauvegardes, surtout en phase de développement (pendant la construction du site). La fréquence à laquelle planifier des sauvegardes dépend de ton rythme de travail : si tu passes tes journées à développer ton site, deux sauvegardes dans la journée est un minimum (mais ceci est un autre sujet 😉 )

Comment faire pour sauvegarder son site ?

Pour sauvegarder ton site WordPress, tu peux :

  • utiliser le système de sauvegardes de ton hébergeur si ce dernier en propose un
  • utiliser un plugin WordPress (facile – explication plus bas)
  • sauvegarder le site manuellement en zippant les fichiers via un accès FTP ou serveur et en exportant la base de données (un peu plus technique)

Tu peux aussi mixer les solutions !

  • planifier des sauvegardes hebdomadaires via l’outil serveur
  • mettre en place un système de sauvegardes via un plugin WordPress qui lui effectuera des sauvegardes journalières, par exemple.

Sauvegarder son site avec un plugin WordPress

Il existe de nombreux plugins faisant très bien l’affaire.
On notera nos deux préférés :

Ils te permettront de planifier tes sauvegardes ou de sauvegarder en un clic avant d’effectuer une mise à jour WordPress.
Ils disposent aussi d’une fonctionnalité très intéressante (et même indispensable) qui consiste à stocker les sauvegardes sur des espaces de stockage externes (tels qu’un espace FTP ou sur le Cloud, via des applications comme Dropbox, Amazon S3 ou Google Drive).
Il faut dire qu’on est bien contents de retrouver nos backups à ces endroits quand les sauvegardes locales (stockées sur l’espace serveur où se trouve le site) ne sont plus accessibles… 😉

Précaution n°2 :
Technique mais utile : Désactiver les mises à jour automatiques

On peut distinguer différents types de mises à jour WordPress :

  • les mises à jour de sécurité
  • les mises à jour mineures
  • les mises à jour globales.

Depuis la version 3.7, WordPress programme les mises à jour mineures et de sécurité de façon à ce qu’elles s’effectuent de manière automatique. Une fonctionnalité très utile pour maintenir à jour le noyau de WordPress mais qui peut également causer des soucis de compatibilité.

Ces mises à jour sont à faire impérativement pour des raisons de sécurité. Cependant, tu peux vouloir garder le contrôle sur ces mises à jour et les effectuer en temps voulu. Cela permet d’éviter les mauvaises surprises et laisse l’occasion de lancer une sauvegarde juste avant, au cas où.

Comment désactiver le mode automatique pour les mises à jour WordPress mineures et de sécurité

Pour cela, il faut avoir accès aux fichiers du site, directement par l’interface serveur (comme Plesk ou Cpanel) ou via un accès FTP (auquel on peut se connecter grâce à un logiciel comme Filezilla, par exemple).
Tout se passe dans le fichier wp-config.php qui se trouve à la racine de ton site WordPress.
Il faut éditer ce fichier (en le téléchargeant puis en le renvoyant dans l’espace FTP une fois modifié, ou en l’éditant directement si tu possèdes l’autorisation).
Par précaution, conserve une sauvegarde de ce fichier avant toute modification.

Éditer le fichier wp-config.php

Une fois le fichier wp-config.php ouvert, il convient de repérer la ligne suivante :

/* That's all, stop editing! Happy blogging. */

Il est impératif d’ajouter toute ligne de code AVANT cette ligne. Tu peux ensuite copier-coller les lignes suivantes dans ton wp-config.php :

/* Désactive les mises à jour automatiques de WordPress */
define( 'AUTOMATIC_UPDATER_DISABLED', true );

Après quoi, il n’y a plus qu’à enregistrer ou retélécharger le fichier dans le dossier et s’assurer que les lignes ajoutées ont bien été enregistrées.  Le fichier wp-config.php doit être écrasé par la version nouvellement éditée.
Dorénavant, les mises à jour mineures et de sécurité WordPress ne se feront plus toutes seules. Tu devras rester vigilant et les effectuer toi-même, mais cela te permettra de suivre notre petit rituel et d’éviter la catastrophe en cas de problème 😉

Précaution n°3 avant de mettre à jour WordPress :
Vérifier les pré-requis système

Avant de lancer une mise à jour WordPress, il est également préférable de se rendre sur la page des pré-requis système. Cette dernière est tenue à jour et détaille les pré-requis serveur recommandés pour toute installation WordPress.

Vérifie que ta solution d’hébergement propose des configurations compatibles avec les pré-requis WordPress. Si tu ne sais pas où trouver ces informations, rapproche-toi du service client de ton hébergeur qui saura te renseigner. Si tu possèdes le plugin BackupBuddy pour effectuer tes sauvegardes, tu peux faire d’une pierre deux coups en utilisant sa fonctionnalité « Outils serveur ». Elle liste les configurations de ton espace hébergeur et te permet de vérifier tes configurations serveur en un coup d’œil avant une mise à jour WordPress !

Une fois ces informations en ta possession, il faut alors les comparer avec les pré-requis WordPress. Les versions PHP ou MySQL sur ton serveur sont-elles inférieures à celles recommandées par WordPress ? Tu dois dans ce cas actualiser les configurations qui le nécessitent (toujours en restant prudent).

Cela permet d’éviter les dysfonctionnements suite à une nouvelle mise à jour WordPress.

Précaution n°4 avant de mettre à jour WordPress
Être Patient !

Les mises à jour WordPress, il FAUT les appliquer !

On ne le répétera jamais assez :  Un site non maintenu à jour est un site présentant de nombreux risques au niveau sécurité. C’est la raison pour laquelle WordPress a choisi d’automatiser ses mises à jour mineures et de sécurité. Tu dois absolument rester vigilant si tu as choisi de désactiver cette fonction. Il te faut rester au courant des dernières mises à jour disponibles et les appliquer sans trop tarder.

Cela ne veut cependant pas dire qu’il faut se précipiter ! En particulier pour les mises à jour globales (dont la version tient sur 2 chiffres (par ex : WordPress 4.9)), car ce sont les plus susceptibles de casser ton site.

Dans ces cas là, il est souvent pertinent d’attendre 2 ou 3 jours avant d’effectuer la mise à jour WordPress concernée. Cela permet d’avoir des retours sur les dysfonctionnements éventuels et parfois des conseils pertinents avant de procéder. Des correctifs peuvent aussi être déployés entre temps et t’épargner de grosses frayeurs et des heures de correction. 😉

Précaution n°5 avant de mettre à jour WordPress :
Se renseigner

Récemment, la mise à niveau vers la version 4.9 de WordPress a causé quelques petits soucis aux utilisateurs du thème Divi. Ainsi, ces derniers ont parfois constaté des bugs d’affichage assez contraignants dans leur Divi Builder. Is ne pouvaient plus personnaliser leur style et leurs couleurs !

Nous avons pu aider certains d’entre eux sur le groupe facebook Divi en français ou par le tchat d’adopte ton plugin.  (Tu sais le petit carré blanc et vert en bas à droite de notre site ).

Comment ?

Tout simplement en relayant l’info d’un correctif déployé par Divi : mettre à jour Divi pour supprimer les bugs. Et dans les cas extrêmes de revenir à la version WordPress antérieure pour effectuer la mise à jour Divi avant la mise à jour WordPress) .

Si tu utilises Divi, rejoins nous sur la page facebook Divi en français pour te tenir informé(e) 😉

Avant de mettre à jour WordPress : Conclusion

Ca y est ! Si tu as suivi notre petit rituel magique, tu as sûrement sauté le pas vers la nouvelle mise à jour de WordPress.

  • Si tout s’est bien passé : Hourra ! Tu es tranquille jusqu’à la prochaine, profite 😉
  • Si quelque chose est cassé : Pas de panique ! Grâce à la sauvegarde effectuée et à notre prochain article, tu vas pouvoir utiliser nos conseils pour tout réparer ! 😉
  • Si vraiment tu es ennuyé(e), utilise la communauté et le groupe Facebook pour te faire aider ! 🙂

Et sinon, de ton côté, tu as des astuces à nous faire partager concernant les mises à jour WordPress ?

2 Commentaires

  1. Mon chien bio

    Merci pour ce chouette article. Toujours utile car on oublie souvent ces mesures essentielles..

    Réponse
    • Céline

      Merci à toi pour ton retour ! Ravie que cela puisse aider, c’est le but après tout 😀

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

adopte-ton-plugin.fr
Les meilleurs plugins et thèmes wordpress du marché à prix imbattable ? C'est possible, Adopte ton Plugin l'a fait ;)

adopte-ton-plugin.fr
Les meilleurs plugins et thèmes wordpress du marché à prix imbattable ? C'est possible, Adopte ton Plugin l'a fait ;)
Cet article te plaît ?

Cet article te plaît ?

Inscris toi à notre Newsletter pour être informé(e) des suivants

Merci de ta confiance

Partager